Robie Schuler est une artiste d’origine allemande résidant à Montréal. Elle a suivi une formation en théâtre avant de se tourner vers  les arts visuels. Elle a complété un D.E.C en arts visuels au cégep du

vieux-Montréal, puis un baccalauréat en arts visuels et médiatiques à  L’UQAM et a été diplômée en janvier 2021. Robie a exposé son travail  lexique de la violence lors de l’exposition paramètres qui a eu lieu à la  salle Georges-Émile Lapalme à la place des arts en janvier 2020. Elle  a aussi été sélectionnée pour présenter un projet en photographie au  concours 1eres œuvres de BMO de 2020. Elle a participé à la troisième  édition de artch dans le volet performance en septembre 2020. En  2021 elle a exposé en ligne à l’espace quincaillerie, à la galerie de  l’Uqam et au 2112. Elle participe aussi au projet créer des ponts de art  souterrain durant l’été 2021 et fait ses débuts en tant que  commissaire pour la présente exposition. Elle a un intérêt pour les  organismes culturels et communautaires et s’implique dans diverses  organisations à vocation sociale.

 

 

Ayant été victime de violence conjugale et diagnostiquée avec un  syndrome du stress-posttraumatique, ma pratique aborde la notion de  trauma et ses après-coups ainsi que ce qui entoure la violence,

c’est-à-dire la culture du viol. Je m’intéresse donc aux aspects culturels,  sociaux, personnels et politiques qui entourent la notion de trauma.  Ma démarche est engagée et féministe. Je travaille aussi les  thématiques de la trace, du souvenir et de la distance, autant  métaphorique que réelle, entre les individus.

J’aborde ces sujets en ayant recours à la métaphore, la poésie,  l’autofiction et l’écriture ainsi qu’une multitude de médiums, en  passant par l’installation, la vidéo, la sérigraphie, l’impression, la  broderie et la performance. Je travaille aussi régulièrement en collaboration, notamment avec les membres de ma famille. En complémentarité avec les thèmes présents dans mon travail, la  notion d’empathie, puis de compassion (action faisant suite à  l’empathie) y est centrale. Je me penche sur l’effacement du biais  empathique chez les spectateurs.trices dans le but d’un retour à  l’émotion et à la sensibilité, comme facteur de changement social.

d

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis ultricies nec